mardi 24 février 2015

Des horaires de travail excessifs chez EDF ... dans la publicité (Campagne EDF : la saga ElectRIC, épisode 5 avec Eric JUDOR ) ?

La publicité peut tout se permettre. Sans être mensongère, elle occulte parfois certains aspects du produit ou du service dont elle vante les bienfaits ou amplifie jusqu'à l'excès ses bénéfices. Et parfois, elle semble faire fi du respect des conditions de travail, comme dans ce 5ème épisode de cette saga plutôt réussie pour EDF, dans laquelle nous retrouvons Eric Judor, le "Eric" de "Eric et Ramzy".
Dans le cadre d'un jeu dans lequel les participants doivent se faire deviner mutuellement des mots par association d'idées, Eric se permet d'appeler au téléphone son conseiller EDFà une heure tardive de la journée, afin de vérifier que la compagnie nationale ne distribue pas de gaz, contrairement à ce que prétendent ses amis. Afin de ne pas perdre le jeu et la face, Eric Judor mentira sur la réponse de son interlocuteur.
Au mécontentement visible de sa compagne qui est en train de se démaquiller avant d'aller se coucher, le salarié du distributeur d'énergie est déjà au lit, prêt à s'endormir, quand il répond au téléphone, ce qui constitue certes une garantie de service pour son client. Et c'est peut-être le message subliminal de ce spot : oui, EDF fournit du gaz, et votre conseiller est disponible à toute heure du jour et de la nuit. On peut dès lors s'étonner que les salariés de l'enseigne ou les syndicats n'aient pas réagi, pour s'indigner que le personnel soit ainsi "taillable et corvéable" à merci. Mais tout est dans la nuance ... car si l'on écoute avec attention le conseiller répondre à son client au téléphone, il s'étonne  que celui-ci ait son numéro et finit la communication en lui demandant : "Et comment ..." . Sans pouvoir terminer sa phrase puisque son client a déjà raccroché.
Ce n'est donc pas lui qui lui a communiqué son numéro, mais Eric qui l'aurait obtenu par une voie détournée. Il n'a donc aucune obligation d'être disponible pour ses clients à toute heure de la journée, et EDF ne peut en être tenue pour responsable. Tout ce que l'on pourrait lui reprocher et qui se confirme dans chacun des 5 premiers épisodes de la saga,c'est que ses clients sont des filous, d'une très mauvaise éducation ... 
Espérons que le  vieil adage qui dit que, "on a les clients que l'on mérite ..." ne se vérifie pas !


mardi 17 février 2015

Adriano Celentano à la tête d’un mouvement social dans « Rosso bianco e …» un film d’Alberto Lattuada (1972)


Dans ce film d’Alberto Lattuada de 1972, sorti en France sous un titre peu évocateur, voire trompeur (Une bonne planque), Adriano Celentano endosse les habits d’un drôle de patient atteint d’une infirmité de la jambe, Annibale Pezzi, qui occupe depuis 2 ans un des lits de l’hôpital de la ville, avec la complicité du Maire, grâce à son appartenance au Parti Communiste. Il y fait régner sa loi, s’introduit partout, jusque dans la salle d’opération, et ne quittera l’établissement  que sous la contrainte de Germana, la nouvelle mère supérieure magnifiquement interprétée par Sophia Loren. Chassé de son refuge, Annibale deviendra infirmier de campagne, grâce aux connaissances acquises pendant ses années « d’études » au sein des différents services de l’hôpital, puis prendra la tête d’un mouvement social organisé par les ouvriers de la Polovo, une unité de conditionnement d’œufs.
Cet engagement lui sera fatal, il sera renversé par une automobile occupée par quatre brigands qui viennent de dévaliser la banque locale et qui tentent de forcer le barrage mis en place par les manifestants, non sans avoir roulé sur les boîtes d’œufs disposés par les ouvriers, dans une scène allégorique.
Outre la conduite de ce mouvement prolétaire qui survient à la fin du film, Annibale aura eu précédemment l’occasion de s’exprimer sur les conditions de travail. Lors de l’arrivée à l’hôpital d’un ouvrier qui a eu le bras sectionné par un massicot, scandalisé, il déclarera « qu’il ne faut pas utiliser les équipements de sécurité, qu’il n’y a pas d’enfants dans les usines », reprenant ainsi une litanie populaire qui, comme par défiance à l’autorité, laisse entendre que ce sont justement ces dispositifs de sécurité qui provoquent les accidents.

Un point de vue aux antipodes du combat du médiatique chanteur et acteur italien pour l’amélioration des conditions de travail et la lutte contre les accidents du travail, le « morti bianche », un sujet notamment traité dans son film « Yuppi Du » traité dans ce blog.